Les Appels de la Tempête - AT [ANCIENNE VERSION]

NOUVELLE VERSION EN COURS DE CREATION : FORUM-TEST : http://adds.stormcalls.free.fr/test/phpBB3 - Jeu de Rôle Médiéval-Fantasy créé par Faradn. Ne pas recopier les documents présents dans ce forum sans autorisation de leurs auteurs respectifs.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]

Aller en bas 
AuteurMessage
Faradn
Créateurs & Fondateurs ~ AT
Créateurs & Fondateurs ~ AT
avatar

Nombre de messages : 2544
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   Lun 19 Nov - 3:19

Vous incarnez un personnage de la race de votre choix. Vous partez cueillir ... quelque chose que vous inventez afin d'aider l'aubergiste qui est aujourd'hui blessé à la jambe (chute d'escalier). L'aubergiste s'appelle Ivan, célibataire et très festif. Vous avez exceptionnellement le droit de faire parler l'aubergiste (qui ne fait pas partie du vrai univers).

Doit y avoir (sans obligations de lignes ni rien, c'est pour voir et cela ne doit pas être une prise de tête non plus) :

  • La sortie en cueillette dans un lieu inventé
  • La remise des trouvailles à l'aubergiste qui sera très content


Ensuite, allez dans le forum "Hors-jeu du jeu" et postez votre demande de validation !
(mettez le lien également, c'est compris dans le test ! si vous avez des soucis à ce niveau demandez en discut' ou dans les questions)
Vous recevrez le résultat par MP et également sur en edit sur le test, avec les appréciations.
Si vous avez réussi passer aux étapes suivantes (voir topic des étapes d'inscription), sinon je verrai ça avec vous en message privé et on comprendra et s'arrangera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tonicfusion.free.fr
Firen
Sergent du clavier
Sergent du clavier
avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 27
Localisation : La Cadière d'Azur !!! (Var)
Date d'inscription : 23/08/2007

MessageSujet: Re: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   Mar 20 Nov - 22:08

Par le bouche à oreille, j'appris qu'un aubergiste du noble nom de Ivan recherchait une jeune personne pour l'aider à cueillir la fleur d'Ariola. Le pollen de ce végétal rentrait dans la composition d'une de ses fabuleuses recettes, malheureusement blessé à la jambe l'aubergiste ne pouvait se déplacer dans la forêt Cirelon pour aller la chercher. Je me portai donc volontaire pour rendre service comme je l'avais toujours fait auparavant;j'étais enchanté de partir à l'aventure aussi monotone fût elle.

Je me dirigeai vers la forêt, où j'allais accomplir la mission qui m'avait été attribuée. Je ne savais pas réellement à quoi ressemblait cette plante, on m'avait seulement fait une simple description : des pétales jaunes ornés d'un fin liseré rouge orangé, je ne pouvais normalement pas me tromper. Néanmoins, j'étais dépourvu de cet instinct qui aurait pu me servir à identifier la fleur d'Ariola. Je me basais donc sur ce que l'on m'avait dit, recherchant le petit soleil végétal qui maculerait le sol poussiéreux. Je m'enfonçais toujours plus loin dans les profondeurs obscures, écartant souvent les branches qui m'empêchaient de progresser et chassant celles qui s'accrochaient à ma tunique. L'odeur humide et boisée de cette atmosphère m'attirait étrangement, je me sentais à mon aise et en harmonie avec moi-même.

J'étais prêt à renoncer et à rentrer à l'auberge pour expliquer à Ivan que j'avais été incapable de trouver ce qu'il désirait. Cependant, mes yeux furent attirés par par un petit rayon de soleil caché sous une ancienne bûche qui commençait à s'effriter par l'action du temps. Je m'approchais lentement comme si je craignais que la plante pût s'échapper, tout en sachant que cela était impossible. C'était une sensation étrange, j'avais l'impression d'être repoussé par cette fleur. Pouvait-elle éloigner les personnes qui désiraient la cueillir ? Je l'ignorais, personne ne m'avait parlé d'un tel enchantement. Je me dirigeai vers elle et la ramassai, elle dégageait une odeur pestilentielle qui me donnait des nausées.

(Comment se peut-il qu'une telle plante puisse être un ingrédient d'une recette de cuisine ?)

Eloignant la fleur le plus loin de mes narines, je décidai de rentrer à l'auberge pour délivrer à l'aubergiste ce qu'il désirait. De temps en temps, des effluves atteignaient mon nez et je me retournais rapidement pour ne pas respirer ces horribles relents;j'étais tellement écoeuré que je ne pus retenir mon estomac plus longtemps. Je rendis mon repas au pied d'un arbre centenaire avant de repartir dans la direction de la ville où je pourrais me débarrasser de ce végétal néfaste.

Au bout de plusieurs heures de marche, j'arrivai enfin dans le petit village, la forêt de Cirelon était derrière moi et je ne m'en plaignais pas trop. Des gens se pressaient chez Ivan, se poussant pour pouvoir franchir la porte;j'étais étonné de voir autant de personnes se battre pour aller manger. Cependant, aucun d'entre eux n'apportait l'ultime ingrédient au repas qu'ils s'attendaient à commander. J'aperçus l'aubergiste au comptoir, il était en train de prendre les commandes de nombreux paysans affamés qui se disputaient pour savoir lequel aurait le droit de prendre la dernière part de tourte à la girofle.
«Bonjour noble Ivan, je vous apporte ce que vous m'avait demandé, j'espère que j'ai satisfait vos désirs.
- Montrez-moi ce que vous avez dans la main... Oh mais oui ! C'est cela, c'est bien la fleur d'Ariola, elle est parfaite.
- Excusez-moi, mais elle sent atrocement mauvais comment pouvez-vous faire avaler ça à vos clients ?
- ... Personne ne mange cette plante...
- Pourtant vous m'aviez bien dit que cela rentrait dans une de vos recettes, non ?
- Bien sûr, mais pas dans le sens où vous l'avez compris. Je m'en sers pour repousser certains insectes tenaces qui se permettent de dévorer mes réserves de nourritures. Cette plante et d'autres forment un très bon répulsif. »

J'étais déconfit par ce que je venais d'entendre, je m'étais décarcassé pour faire fuir quelques petites bestioles insignifiantes. J'avais vomi un somptueux repas qui servait maintenant d'engrais à un vieil arbre rongé par les termites;je m'en voulais d'être aussi stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kerkan.skyblog.com
King-of-pig
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Re: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   Mer 21 Nov - 22:07

[b]Cela faisait plus de vingt jours que je marchait dans les steppes brûlantes de Gilleï Vind :
Depuis mon départ d'An'loni, plus de cinquante de mes frères Coraks avaient été massacré par les réprouvés du nord et les autres de mes compagnons étaient tombés en protégeant la cité de Mino'tr, au pied du grand pic ...
Ma joie fut grande lorsque j'atteignai enfin le Donneur de Vie, et bien qu'étant en territoire humain, je me senti dès lors en relative sécurité.
Après avoir passé deux jours près du fleuve, j'entendai, au loin ,des hurlements d'effroi : Mon âme me força, malgrès la fatigue qui était la mienne, à aller voir ce qui se passait et, au cas où cela serai nécessaire, à aider un étranger en possible difficultés...
Je galopai donc jusqu'à l'endroit où les cris semblaient avoir pris source, découvrant un spectacle qui lacéra mon coeur de haine :
Deux hommes, probablement des brigands, en martyrisaient un troisième à grands coups de gourdins et de lance :"Voilà qui est vraiment dans le plus pur état d'esprit des hommes ..." me dis-je à moi même "Frapper son prochain, quelle honte..."
Je n'attendis pas une seconde de plus et, faisant tournoyer ma lourde masse crépitante de fluxs magiques, je me jetai tête baissé sur les deux lâches ...
Cela ne dura pas bien longtemps : Le premier, voulant éviter mon arme, s'empala malencontreusement sur ma longue corne éffilée, faisant jaillir son sang encore chaud sur ma face. Le second fut frappé de plein fouet par la lourde masse que j'abattis sur son crâne : Il mourut rapidement, la tête broyée...
Mon regard se porta alors sur le pauvre homme que j'avais entendu hurler :
Il était recrocquevillé contre un arbre, en pleurs et la jambe droite en sang. Lorsque je me précipitai vers lui, il s'évanouit ...
Avec l'aide de parchemins que j'avais trouvé dans sa besace, je découvris que cet humain était aubergiste, et un plan me permis de le conduire chez lui, dans les environs de Frontes.
En arrivant enfin à l'auberge, à la lisière de la grande forêt, je fus la cause de fuites et de frayeur de la part des humains qui y siégaient : L'un d'eux hurla
"Un ...Un corak! Un corak à tué Ivan!" l'un deux tenta même de me frapper avec une chaise, mais je le repoussai de la main.
Afin de tenter de réveiller le dénommé Ivan, je l'allongeai sur une table et lui insuflait
un "souffle de vie", suivant les antiques règles druidiques corak :
L'homme toussa un peu, puis reprit connaissance, avant de me faire le récit de sa mésaventure ...
"je m'était simplement aventuré un peu profondemment dans la Grande Forêt, dit-il, afin d'y cueillir une ou deux pousses de Floraline : Voyez-vous, ami Corak, je prépare -et mon grand père avant moi- de la bière de Floraline, une boisson très alcoolisée qui nécessite une quantité infime de cette plante pour être délicieuse..." Mon esprit de druide fut étonné qu'un humain connaissent et se serve de floraline ...Il poursuivit cependant son récit "j'avais aperçu une pousse de ma plante favorite dans la clairière de Lorden, où vous m'avez d'ailleur sauvé, lorsque les deux bougres m'ont attaqués : L'un deux, dit en tremblant l'aubergiste, ma brisé la jambe afin que je ne puisse m'enfuir, puis il m'a dit que j'allais payer pour tous les gens de Frontes" sans nul doute, ces bandits faisaient allusion au sac de Frontes qui échoua grâce à la courageuse charge des Chevaliers royaux "C'est là que vous êtes arrivé..."J'examinai alors la jambe du malheureux : Il ne se doutait probablement pas que la fleur qu'il appelait floraline était en fait de L'Herboreal, et que celle ci pouvait sans aucun problème guerrir sa plaie en quelques jours :
Je lui proposai donc d'aller moi-même cueillir de cette "floraline" afin, d'une pierre deux coups, guerrir sa blessure et lui permettre de produire sa boisson.
Le voyage fut aisé : En quelques heures, j'était à la lisière de la forêt.
Je pénétrai prudemment dans celle-ci, masse à la main : Pour un druide de mon espèce, chaque feuille qui tombe, chaque croassement d'oiseau, est un indice quant à la sureté des lieux ...
Lorsque j'arrivai enfin près de la clairière, j'analysai les lieux :
J'avais repéré sans mal cinq brigands perchés sur les arbres millénaires, mais je sentais que quelquechose n'allait pas. Je réalisai que je n'avais pas été assez prudent lorsqu'un poignard aiguisé perça le cuir épais de mon dos : hurlant de rage, je fit tournoyer mon arme et, invoquant par son biais la rune du feu, je frappai mon agresseur, le brûlant vif. Les cinqs autres se jetèrent sur moi, mais trop tard, une sphère de feu jailli de ma paume et vint frapper le sol, au pied de l'ennemi : Pas un n'en rechappa ... " Et tu expiera tes crimes par le feu..."prononçai-je selon le rituel.
J'ai appris pendant un demi siècle les arts complexes du druidisme, je trouvai donc l'Herboreal sans difficultés :
Un petit arbuste vert-bleuté jaillissait de terre dans un sous bois humide, à l'aide d'un petit stilet d'argent elfe, j'en tranchai quelques feuilles mais laissai l'arbuste en terre, par respect pour Gaïa, la mère nature.
Je retournai ensuite vers l'auberge d'Ivan, passant près des corps carbonisés de mes assaillants et crachant sur leurs dépouilles.
Lorsque je poussai la porte de bois renforcée de la petite maison, je fus acclamé comme un héros "quelle futilité, me dis-je, en les voyant me saluer pour quelques pousses dont ils ne connaissent l'utilité que dans la bière".Ivan était allongé sur un lit d'appoint, un vulgaire garrot de linges humides appliqué sur la jambes : Il me regardait en souriant jusqu'a ce qu'il voit le sang séché qui couvrait mon corps "Que vous ai-t-il arrivé dit-il?" Je lui répondai, afin de ne pas l'inquiéter, que j'avais mangé un boeuf, il en déduirai de par ma race que je ne savais pas manger convenablement...
M'agenouillant devant lui, j'appliquai une mixture d'Herborealis et de sève de pin sur sa jambes fracturé, et remplaçai les bandes de tissus sales par des peaux de furet.
La bière coula a flots ce soir là : Cependant, j'expliquai à l'humain Ivan que la floraline, comme il l'apellait, ne devait pas être utilisée à la légère mais qu'il sagissait dune plantes aux vertus magiques extrêmement puissantes... L'aubergiste fit mine de m'écouter et trinqua avec ces compagnons "Les humains sont décidemment bien futiles" me répétai-je, avant de quitter discrètement l'auberge .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thebigboss
Nouveau
Nouveau


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 11/12/2007

MessageSujet: Re: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   Mer 12 Déc - 16:54

Un jeune aubergiste nomme Ivan chez qui javai dormi durant une longue nuit difficile et perilleuse avec tous les depouilleurs qui trainaient dans le coin me demanda un sevice : il fallait que jaille cherhcer des fruits sui serviraient donguens parce qu'il était tombe dan les escaliers le matin même ce qui m'avait reveille d'ailleurs.
Il me dit ou allait pour trpouver ces fruits rouges qui soi-disant le guérirai. Il me dit : "Je vous fais confiance, j'ai vraiment besoin de vous jeunehomme". Ceci me mit le baume au couer et m'encouragea a y aller le plus vite possible.
Mais les surprises ne faisaient que commencer : la forêt n'était pas inhabite. Deslloups affamés m'attendait. Heureusement je reussis a les eviter sans qu'il me voit. Il fallait a present que je trouve ces fameux fruits rouges. Ivan m'avait dit qu'ils se trouvaient a cote d'un lac a 2 km a peu pres de l'auberge. Je les trouvais finalemtn au bout d'une petite heure sans grande difficulte. Je me depechais de rentrer a l'auberge en faisant attention aux loups toujours aussi affames.
Finalement arrive sain et sauf je donais les fruits rouges a l'aubergiste qui me remercia : "Je te remercie de tout mon coeur je ne sai s pa ce que j'aurai fait sans toi. " Je partis le jour meme content de ma " bonne action".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baltazar
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   Mar 22 Avr - 15:58

Moi (Frère Baltazar) passait par une charmante auberge dirigée par Ivan Fontaine, un personnage guai et très festif comme nous le savons tous. (on notera qu'il avait un béret vert ainsi qu'un petit foulard rouge elfique). Au beau matin après avoir dit les matines, je saluai l'aubergiste qui se tortillait à terre.
Il me dit:
Vous auriez déjà du être là, mon père. Enfin c'est incroyable cela, rendez-vous compte. Tandis que je descendais l'escalier, mon pied se coinça je ne sais où et je me fis très mal. regardez, je saigne encore
Je regardais la plaie, c'était atrocement profond.
je lui dis Mon fils, pour éviter tout amputation et pour aider mes pouvoirs magiques je vais aller chercher de l'herbe elfique. je vous bénis mon fils
Amen, mon père
Après avoir chevaucher sur les chimères j'arrivai sur les terres elfiques et alla chercher mon inférieur, Bernard le gris. il s'occupait de garder l'herbe elfique. Nous allâmes à la recherche de l'herbe tant convoitée.il m'en donna trois brins puis après l'avoir remercié, je revins voir l'aubergiste.
Qu'il était affaibli.
je découpai un des brins et le déposa sur la plaie après avoir dit la bénédiction.
Je fis avaler les deux autres à l'aubergiste.
Deux heures plus tard la blessure avait disparu: j'avais réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leto
Initié
Initié
avatar

Nombre de messages : 105
Age : 28
Localisation : Issy-les-moulineaux
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   Mer 23 Avr - 5:54

Je me souviens très bien, je me baladais comme ça, de ville en ville, et je…
Quoi, comment ça « Qu’est-ce que tu faisais ? » Des trucs quoi, des trucs de troll !
Hein ?! Reviens me dire ça en face toi !... bon, il est parti. Où j’en étais déjà… ah oui !
Alors je me baladais de ville en ville, à voir s’il y avait pas quelque chose qu’un valeureux moi pouvait faire pour aider les bonnes gens – le premier qui ricane fera connaissance avec mon poing- quand j’ai atteint un petit village.
Un charmant petit village d’ailleurs. Assez banal, sans histoire, accueillant… idéal pour faire une pause quoi !
Bref, à peine arrivé dans le village, je vois un attroupement devant un bâtiment. Aussitôt, je me dis.
(Oula... y'aurait du grabuge dans l'air que ça m'étonnerait qu'à la moitié du quart!)

Curieux, je m'approche, me frayant un chemin parmi les badauds. Avec ma grande taille et mon aspect imposant -ainsi que, il faut bien le dire, la triste réputation des trolls- j'arrive facilement à arriver en vue de ce qui provoque un tel phénomène de foule.
Et quel phénomène! Un humain cul nul en train de danser comme un ours sur le toit d'une auberge, et en chantant avec une voix tout aussi harmonieuse. Même dans des hôpitaux pour grands brûlés j'ai jamais entendu quelque chose d'aussi affreux.
Alors que je me demande ce qui peut bien pousser une créature douée de raison à exhiber ses attributs à toute une population, j'entends quelqu'un qui murmure à son voisin:
"Pauv' Ivan, il a le vin méchant... c'est toujours pareil: il veut faire la fête, et après il se donne en spectacle dans sa propre auberge! Le lendemain il va être bon à ramasser à la petite cuillère."

Alors que je me demande quoi faire, j'entends tout d'un coup un cri: "Attention!". Aussitôt, je lève la tête et je vois l'humain qui chancelle sur le bord du toit.
(Nom de nom! Il va se tuer!)
Aussitôt, je me rue à la pleine force de mes jambes, et je bondis pour rattraper le tavernier qui s'offre le luxe de se croire fait de caoutchouc en tombant d'une hauteur de cinq mètres. Heureusement, le bougre n'est pas trop lourd, et j'arrive à amortir sa chute tout en ne me disloquant pas les bras. Malheureusement, emporté par mon élan, je l'envoie bouler avec moi, et j'atterris malencontreusement sur sa jambe qui manifeste son déplaisir par un vilain craquement
(Ouf... et mince!)
"Non mais vous êtes timbré! Je vais vous mettre au pain sec et à l'eau moi, ça va vous donner de quoi réfléchir!

Le tavernier me regarde avec des yeux de grenouille atteinte d'arriération mentale, puis bégaie:
"Jeee... j'aiii pas à recevoir d'ordres de toi!" fait-il en battant l'air de ses poings, incapable de se battre correctement et encore plus de se mettre debout avec sa jambe cassée.

Tout d'un coup, il se rend compte de l'angle peu orthodoxe de son membre et se met à gémir:
"Ma jambe! Ma jambe!" en remuant sur le sol.
Autour de nous, tout le monde regarde la scène, bouche bée. Sentant bien que ça va être à moi de prendre les devants, je m'adresse aux villageois.
"Est-ce que l'un d'entre vous saurait soigner cet homme... Ivan?"
Silence. Je m'impatiente.
"Vous voulez qu'il reste comme ça toute sa vie ou quoi?!"
Finalement, un homme rondouillard qui semble un peu plus dégourdi que les autres lance:
"Heu... c'est que le médecin du village est parti pour un accouchement..."
(Oh joie, oh bonheur...)
"Mais..."
(Ah?)
"... pour soigner les fractures, on utilise de la Ginko Bilboa."
(Ah mais oui, pas bête ça, je m'en souviens! C'est vrai que le climat est parfait pour ça ici.)
"Bon hé bien allez en chercher le temps que je fasse ce que je peux pour lui."

"C'est que..."
(C'était trop beau.)
"... on peut plus aller en chercher à cause du gang de Ganor.
-C'est quoi cette bête là?
-C'est des jeunes qui détroussent les passants et...
-Attendez voir, vous avez peur d'enfants?!
-Ce... ce sont des jeunes adultes vous...
-Ouais ouais ouais... je vais y aller, j'ai compris. Pendant ce temps là, empêchez ce pochtron de se faire mal."

Avant de me lever, j'empoigne la jambe du tavernier entre ma cuisse droite et mon bras droit, et lui tends ma main en travers de la bouche.
"Mors là-dedans vieux, ça va pas être agréable."
D'une torsion rapide, je lui remets la jambe en bonne place. Sous l'effet de la douleur, Ivan mord mon doigt d'où se mettent à couler quelques gouttes de sang, avant de retomber haletant. Je me redresse alors, secouant mon doigt.
(La vache! Il a une mâchoire de tigre! Mais bon, j'ai vu pire...)
Je m'éloigne ensuite, leur lançant un "Ne vous faites pas dévorer par les fourmis en mon absence!" avant de partir en quête.

(Pff... les humains... je ne veux pas être méchant, mais ils sont parfois vraiment pas dégourdis!)
Je m'éloigne ensuite du sentier, avisant un bosquet au loin, où je pourrai sans doute facilement trouver de la Ginko Bilboa... naturellement, je ne rencontre personne en chemin.
(Sont paranos décidément...)
Une fois arrivé, grâce à mon sens inné de la connaissance de la flore, je trouve rapidement quelques Ginko Bilboas que je cueille délicatement: une demi-douzaine de ces grandes fleurs en cataplasme, voilà qui devrait faire des miracles!
C'est à ce moment que je pousse un bâillement que je ne cherche pas à réprimer. Sentant le poids de la fatigue accumulée ces derniers jours, je me décide à m'adosser contre un arbre pour piquer un roupillon.

Je suis en train de combattre un terrifiant magicien des ténèbres... je m'approche de lui , mon épée à la main... soudain, il fait jaillir des entraves du sol, et, ricanant, m'envoie une boule de feu au visage!
J'essaie de m'écarter mais c'est trop tard: la boule de feu m'atteint dans un choc terrible!


*Poc*
"NOOON!"
Dans un cri, je dégaine mon épée, avant de m'apercevoir que tout est nromal: pas de magicien à l'horizon.
"Pfouh... quel rêve stupide..."
*Poc*
Ce second choc à la tête m'interpelle. Levant les yeux, j'aperçois trois jeunes humains, dont un avec un gourdin, et les deux autres avec des épées courtes. Le troisième tient également une grande épée qui...
(Mon épée!)
Portant mon arme à mon regard, je m'aperçois qu'on a troqué mon fier glaive contre un vulgaire bâton de bois! Ecumant de rage, je me lève et ordonne aux gamins:
"Rendez moi ça, sales voyous!
-Ou sinon quoi, face de lait?" ricane l'un d'eux.
Un sourire s'étire sur mes lèvres. Je sens que je vais m'amuser...
"Sinon je vous tords le cou comme des petits lapereaux chétifs que vous êtes."
Ils cessent de rire, très visiblement apeurés.
"Faudra que tu nous attrape pour ça!
-Oh vous voulez jouer à la course? D'accord... prêt partez!"

Aussitôt, je bondis de toute la force de mes guibolles. Dans un cri, tous les trois fuient sans demander leur reste: la peur leur donne des ailes... mais la rage m'en donne de bien plus grandes!
Rattrapant celui qui tient mon épée, à la traîne en raison de sa surcharge, je lui assène un bon coup du bâton à moitié moisi sur le dos qui se casse sous l'impact, et l'envoie rouler au sol.
Essayant de se relever, il implore les autres larrons tout en essayant de se redresser pour s'enfuir:
"Attendez, me laissez pas!"
Malheureusement pour lui, je le soulève sans effort du sol d'une main au collet, avant de lui arracher mon épée des mains.
"Je crois que c'est à moi ça! Tes parents ne t'ont pas appris que voler c'est mal?"
-Mes parents je m'en fous! Et toi aussi!"
Ce disant, il dégaine son épée qui, étant donné sa force minable, ne fait que ripper sur mon armure. Après avoir tranquillement rajusté mon épée, je le prive à son tour de son arme.
"Donne moi ça, tu vas te blesser."
Je me dirige ensuite vers l'arbre le plus proche avec la teigne hurlante et remuante à la main. Devant le tronc, je lui mets la lame sous les yeux.
"Qu'est-ce que vous allez me faire?" bégaie-t-il, mort de peur.
"Te donner une leçon à la troll" je réplique d'une voix tranquille en me préparant à frapper.
"Non! Attendez noooon!"

Trop tard pour lui: je plante l'épée de toute ma force dans son col, le clouant à l'arbre comme un vulgaire trophée de chasse. Une fois remis de ses émotions, il vocifère:
"Détache moi de là, face de pet de troll!
-Compte là-dessus! Et si continues comme ça, ce sera toi la face de pet de troll: les sales gamins, ça me donne justement des gaz!"
Terrifié par ma menace, il se tait, et je peux donc m'éloigner en riant.

On ne peut pas dire que mon retour à été triomphal, mais on a été bien content de me revoir.
"Vous n'avez pas eu de problèmes avec le gang de Ganor?" me demande une villageoise.
"Les problèmes ici, c'est moi qui les cause!" je déclare la tête haute avant d'entrer dans l'auberge (la tête pas trop haute quand même, parce que la porte est assez basse).
Couché dans un lit dans un coin de la pièce, je vois Ivan qui arbore un air dépité, une compresse sur la tête, et une attelle sur la jambe. En me voyant arriver, il se confond en excuses.
"Veuillez m'excuser, messire... messire...
-Leto, et sans "messire" s'il vous plaît.
-Leto, je ne sais pas ce qui m'a pris, je suis confus, je...
-Vous l'étiez encore plus avant avec tout l'alcool que vous aviez ingurgité! Allons, j'ai là ce qu'il faut pour vous remettre sur pied."
Empoignant un bol de soupe dont je vide le contenu au passage (une bien bonne soupe d'ailleurs), je broie la Ginko Bilboa avec une cuillère à soupe, obtenant une pâte jaunâtre.

Défaisant ensuite les bandages d'Ivan, je lui applique la mixture le long de sa fracture.
"Mais c'est tout gluant!" fait-il en frissonnant.
"Allons, ne faites pas l'enfant! D'ici demain, vous serez vaillant, alors ne pleurnichez pas tant!"
Une fois la jambe badigeonnée, je refais solidement le bandage afin que l'os se referme bien droit, et je m'essuie les doigts.
"Voilà! Soigné comme un roi!
-Merci! Merci beaucoup! Vous m'avez aidé deux fois! Qu'est-ce que je peux faire pour vous remercier?
-Mais rien, mais rien... quoique, si vous aviez de quoi satisfaire un estomac affamé et un corps exténué, ce serait pas de refus!
-Vous aurez tout ça! Marie! La spécialité de la maison, et la meilleure chambre pour Leto!"

Mes amis, ce soir là, j'ai bien fait bombance, et après avoir bien mangé et fumé une bonne pipe, je suis allé me coucher, plus satisfait qu'un prince!
Voilà comment je suis arrivé dans le petit village de Vachpi. La prochaine fois, je vous raconterai comment j'ai réglé avec maestria le problème du gang de Ganor!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonidas
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 23
Localisation : devant mon ordi les ami(e)s^^(ou Issy-les-Moulineaux)
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   Sam 17 Mai - 17:45

Je m'approche d'une petite auberge appelée "A la bonne bière" et entends des "une bière ici" et des "hips!".J'entre dans l'auberge en me baissant car la porte est trop petite pour mes deux mètres quatre-vingt, et vois deux rangées de trois tables avec quatre personnes à chaque table et un énorme et magnifique tapis.Toutes les personnes se tournant vers moi, je prends un air embarrassée et leur dis d'arrêter de me regarder .Quelques secondes plus tard,je vois un aubergiste rondelet portant un superbe tablier blanc du nom de "Ivan"s'apprêtant à descendre les escaliers.Malheureusement pour lui, il rate la première marche et toutes les autres par la même occasion.J'essaye de le rattraper mais je me prends le pied droit dans le tapis et tombe sans me faire mal. Hélas l'aubergiste n'a pas ma chance et atterrit se brisant le pied dans un craquement bien audible en poussant un cri
-Ouille
Toutes les personnes accoururent auprès de lui mais je leur dis que je m'occupe de lui et que tout ira bien,puis je m'adresse à l'aubergiste et lui dis:
-Ne vous en faites pas,je vais aller chercher une plante connue sous le nom de "Larme d'Ange".
Il m'adresse à hochement de tête .Je dis à quelques personnes de transporter l'aubergiste dans une chambre inoccupée ,puis je pus enfin partir à la recherche de la "Larme d'Ange"connue pour sa couleur blanche, poussant près des lacs ou des chênes et pour sa qualité à soigner les blessures.
Je sors de l'auberge et cours vers la forêt.je vois un lac quelques minutes plus tard.
Je m'approche du lac et vois une petite île au centre de ce lac .
Mais je vois aussi la "Larme d'Ange"connue pour sa couleur blanche etc ,je vais pas redire tout quand même...
Je regarde dans le lac et ne vois que de l'eau et pas de poisson.Sûr de moi je plonge dans l'eau et arrive à l'île en marchant car la profondeur du lac est plus petite que ma hauteur.Je cueille la plante,la met dans mon sac à dos et repars comme je suis venu.
Soudain j'entends un bruit comme un craquement de bout de bois derrière moi.Je me retourne et vois un énorme sanglier foncer sur moi . Je l'esquive de justesse et m'arme de mon épée à deux mains .Je m'élance à sa suite et dessine "L" comme "Léonidas" sur son derrière.Le sanglier,marqué de mon "L" se retourne et me touche les jambes.
Je tombe en me tenant la jambe gauche et je vois le sanglier foncer à nouveau sur moi.
Je l'esquive une nouvelle fois puis lui saute dessus.C'est pas un sanglier qui va me tuer quand même me dis-je dans ma tête.Je lui donne des coups rapides de mon épée, puis,voyant qu'il continue de bouger avec tout ça,Je lui plante mon épée en poussant un cri comme "Haaaaaa!" et enfonce mon épée encore plus.Il arrête de bouger et tombe à la renverse.je retire mon épée puis retourne à l'auberge du "Chien qui pue"je crois que c'est ça le nom.Voyant que je suis taché de sang,les personnes reculent.
Je monte dans la chambre et vois l'aubergiste se reposer.Il me demande:
"Avez vous la "Larme d'Ange"?
"Oui,sinon je ne serais pas revenu lui dis-je en montrant la plante.J'écrase la plante avec un pilon et un mortier que je transportais dans mon sac puis j'étale la bouillie de plante sur sa blessure.Une lumière divine touche sa jambe au niveau de sa plaie se refermant et sans laisser de trace comme si elle n'avait jamais existé.Ivan l'aubergiste se lève , me remercie en me donnant une massue qui était celle de son père quand il était jeune.
Je le remercie à mon tour, descends les escaliers et sors de l'auberge en me baissant et en courant.

Léonidas,Corak Chasseur .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Test RP - Cueillette dans la forêt [N°2]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Appels de la Tempête - AT [ANCIENNE VERSION] :: Hors - jeu :: S'inscrire au jeu-
Sauter vers: